LE MOT DU DELEGUE GENERAL


A nous le Souvenir,
A eux l’Immortalité



Pascal SOLOFRIZZO
Délégué Général du Souvenir Français
Pour le Département de la Meurthe et Moselle



Mesdames et Messieurs, Chèr(e)s Ami(e)s du Souvenir Français,

Gardien de notre Mémoire, le SOUVENIR FRANÇAIS, créé en 1887 et reconnu d’utilité publique depuis 1906, est une des plus anciennes associations privées françaises.

N’ayant aucune attache politique, libre de tout lien confessionnel ou philosophique, distincte des associations d’anciens combattants, car notre association se renouvelle sans cesse, sa mission n’étant pas limitée dans le temps, le SOUVENIR FRANÇAIS est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui, Français ou étrangers, ont " une certaine idée de la France " et de l’idéal de liberté pour lesquels nos anciens se sont sacrifiés depuis la révolution.

Le Souvenir Français réunit en France près de :
- 200 000 adhérents dont environ 4000 dans notre département de Meurthe et Moselle
- 1700 comités locaux dont 32 en Meurthe et Moselle,
- 98 délégations régionales, ainsi que 68 représentants à l’étranger.

Chaque année le Souvenir Français entretient, rénove et fleurit plus de 130 000 tombes, restaure plus de 250 monuments, réalise quelques 40 stèles et monuments commémoratifs.

La transmission de cet héritage de mémoire aux générations plus jeunes se poursuit de façon constante depuis la création de l’association qui organise chaque année expositions, colloques et voyages pour plusieurs milliers de jeunes scolaires sur les lieux de mémoire.

Prenons soin de dire à nos enfants que le sacrifice de tous leurs aînés doit rester vivant dans nos cœurs car la Paix n’est jamais définitivement acquise.

« La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu’un individu ».

Cette pensée de l’historien Ferdinand Lot résume avec force l’importance des commémorations qui nous rassemblent au fil des ans devant nos Monuments aux Morts.

mercredi 12 novembre 2014

Sortie des collégiens au Bois-lePrêtre



Courant octobre, 5 classes du collège de Dieulouard, encadrées par leurs professeurs, se sont rendues sur les sites des combats du Bois-lePrêtre (sud-ouest de Pont-à-mousson), qui se déroulèrent de novembre 1914 à août 1915. Le but de cette visite était d'ébaucher un travail pédagogique de réflexion inscrit dans leur programme scolaire et lié au centenaire 14/18, en complémentarité de leur participation aux commémorations patriotiques locales.
Les 115 collégiens et leurs accompagnateurs ont tout d'abord débuté leur étude par les ruines du village de Fey en Haye, puis ils se sont rendus devant le monument de la"Croix des Carmes" inauguré par le président Raymond Poincaré en 1923 et dédié à la gloire de nos poilus appelé "les loups du Bois le prêtre" par les allemands, tant leur pugnacité aux combats était reconnue; la croix en bois encastrée dans le monument actuel, en béton, symbolisait l'acharnement des combats et les multiples avancées et reculées des hommes de la 73ème division d'infanterie de réserve du général Leboq dont les tranchées étaient parfois distantes de moins de 10 mètres de celles de l'ennemi. Puis en serpentant l'une d'elles, les collégiens ont pu s'imaginer le décor et l'organisation de ces ouvrages en observant les sapes, barbelés, abris, ruines des fortifications de défense et d'attaques. Plus loin, arrivés à la maison du "Père Hilarion"autre lieu symbolique, chacun a pu méditer sur ce principal point de ravitaillement en eau fournie par une fontaine.
Pour terminer cette visite, les participants se sont retrouvés à la nécropole du Pétant à Montauville, distante de 3 kilomètres, où reposent : 5199 français et serbes + 1014 à l'ossuaire. Perte équivalente du côté Allemand.
Le souvenir Français a cofinancé cette sortie.  J.C.L