LE MOT DU DELEGUE GENERAL


A nous le Souvenir,
A eux l’Immortalité



Pascal SOLOFRIZZO
Délégué Général du Souvenir Français
Pour le Département de la Meurthe et Moselle



Mesdames et Messieurs, Chèr(e)s Ami(e)s du Souvenir Français,

Gardien de notre Mémoire, le SOUVENIR FRANÇAIS, créé en 1887 et reconnu d’utilité publique depuis 1906, est une des plus anciennes associations privées françaises.

N’ayant aucune attache politique, libre de tout lien confessionnel ou philosophique, distincte des associations d’anciens combattants, car notre association se renouvelle sans cesse, sa mission n’étant pas limitée dans le temps, le SOUVENIR FRANÇAIS est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui, Français ou étrangers, ont " une certaine idée de la France " et de l’idéal de liberté pour lesquels nos anciens se sont sacrifiés depuis la révolution.

Le Souvenir Français réunit en France près de :
- 200 000 adhérents dont environ 4000 dans notre département de Meurthe et Moselle
- 1700 comités locaux dont 32 en Meurthe et Moselle,
- 98 délégations régionales, ainsi que 68 représentants à l’étranger.

Chaque année le Souvenir Français entretient, rénove et fleurit plus de 130 000 tombes, restaure plus de 250 monuments, réalise quelques 40 stèles et monuments commémoratifs.

La transmission de cet héritage de mémoire aux générations plus jeunes se poursuit de façon constante depuis la création de l’association qui organise chaque année expositions, colloques et voyages pour plusieurs milliers de jeunes scolaires sur les lieux de mémoire.

Prenons soin de dire à nos enfants que le sacrifice de tous leurs aînés doit rester vivant dans nos cœurs car la Paix n’est jamais définitivement acquise.

« La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu’un individu ».

Cette pensée de l’historien Ferdinand Lot résume avec force l’importance des commémorations qui nous rassemblent au fil des ans devant nos Monuments aux Morts.

mardi 6 juin 2017

DES ACTIONS PÉDAGOGIQUES MENÉES DANS LA DURÉE

Transmettre le flambeau du Souvenir aux jeunes générations en leur inculquant le sens du devoir, l'amour de la Patrie et le respect des valeurs de la République.

Le président, le trésorier et le secrétaire du comité de Laxou ont poursuivi la mission de sensibilisation des futurs citoyens sur le devoir de mémoire qu’ils accomplissent depuis de nombreuses années au sein des quatre écoles élémentaires de la commune.




Photo Daniel Albert
Comme l’année dernière, Gérard Parisot, chargé de mission de la Base aérienne 133 pour la ville et adhérent du Souvenir Français, a participé activement aux interventions.

Au cours de son exposé, Marc Boré, secrétaire du comité, a expliqué aux élèves de CM2 des écoles Hugo, Pergaud, Zola et Schweitzer, les causes et les conséquences du 1er conflit mondial, décrit les armes et les terribles combats qui ont fait des millions de morts et de blessés et raconté la vie des soldats dans les tranchées.
Photo Daniel Albert
Les écoliers ont visionné un film sur la cartographie des batailles qui se sont déroulées en Lorraine, à proximité de Nancy, durant l’été 1914. La bataille du Grand Couronné en particulier, a permis de stabiliser le front Est pour toute la durée de la guerre et d’éviter une prise à revers des troupes françaises lors de la bataille de la Marne. Moins connus que Verdun, ces combats ont joué un rôle clé dans la défense de la France.
Dans un second temps, il a présenté aux enfants, les différentes missions du Souvenir Français, diffusé le film et montré la revue de l’Association.
Les jeunes ont été informés que les adhésions étaient gratuites pour les moins de 18 ans.
Les enseignants recueilleront les demandes d’adhésion validées par les parents et les transmettront au président du Comité.
Enfin, Marc a dévoilé aux enseignants et aux écoliers, le programme de l’excursion prévue le 16 juin 2017, à Friscati Mouton Noir. Il est essentiel que le travail de mémoire puisse se prolonger au cours de voyages pédagogiques.

Vivement intéressés par les sujets qui leur étaient proposés, les élèves ont posé de      très nombreuses questions aux conférenciers. Pour respecter le timing, il a fallu canaliser les échanges !