LE MOT DU DELEGUE GENERAL


A nous le Souvenir,
A eux l’Immortalité



Pascal SOLOFRIZZO
Délégué Général du Souvenir Français
Pour le Département de la Meurthe et Moselle



Mesdames et Messieurs, Chèr(e)s Ami(e)s du Souvenir Français,

Gardien de notre Mémoire, le SOUVENIR FRANÇAIS, créé en 1887 et reconnu d’utilité publique depuis 1906, est une des plus anciennes associations privées françaises.

N’ayant aucune attache politique, libre de tout lien confessionnel ou philosophique, distincte des associations d’anciens combattants, car notre association se renouvelle sans cesse, sa mission n’étant pas limitée dans le temps, le SOUVENIR FRANÇAIS est ouvert à toutes celles et à tous ceux qui, Français ou étrangers, ont " une certaine idée de la France " et de l’idéal de liberté pour lesquels nos anciens se sont sacrifiés depuis la révolution.

Le Souvenir Français réunit en France près de :
- 200 000 adhérents dont environ 4000 dans notre département de Meurthe et Moselle
- 1700 comités locaux dont 32 en Meurthe et Moselle,
- 98 délégations régionales, ainsi que 68 représentants à l’étranger.

Chaque année le Souvenir Français entretient, rénove et fleurit plus de 130 000 tombes, restaure plus de 250 monuments, réalise quelques 40 stèles et monuments commémoratifs.

La transmission de cet héritage de mémoire aux générations plus jeunes se poursuit de façon constante depuis la création de l’association qui organise chaque année expositions, colloques et voyages pour plusieurs milliers de jeunes scolaires sur les lieux de mémoire.

Prenons soin de dire à nos enfants que le sacrifice de tous leurs aînés doit rester vivant dans nos cœurs car la Paix n’est jamais définitivement acquise.

« La perte de la mémoire du passé est sans doute la pire infortune qui puisse frapper un peuple ainsi qu’un individu ».

Cette pensée de l’historien Ferdinand Lot résume avec force l’importance des commémorations qui nous rassemblent au fil des ans devant nos Monuments aux Morts.

jeudi 14 juillet 2016


CEREMONIE COMMEMORATIVE du 18 juin à TOUL

Comme chaque année, la commémoration de l'appel du 18 juin 1940 est l'occasion à TOUL d'évoquer une page méconnue de la résistance militaire au cours de la campagne de juin 1940.
    Le 18 juin commençait à TOUL et dans les environs une bataille qui allait durer 5 jours jusqu'à la signature de l''armistice le 22 juin.
    Le Comité du Souvenir français de TOUL honore plus particulièrement la mémoire des soldats du 227 ème RI qui appartenait à la 58 è DI.
    Ces combats au coeur d'une période particulièrement douloureuse de notre histoire montre que des hommes, Officiers, S/Officiers ou simples soldats, pour la plupart des réservistes originaires de différentes régions de France, représentant les différentes catégories socioprofessionnelles de la population française, avaient en dépit de leur épuisement, la volonté de défendre leur pays et d'opposer une résistance acharnée aux désirs de conquête de l'Allemagne nazie.
    Cette décision qui pouvait paraître à certains désespérée, voire inutile, témoigne au contraire du patriotisme et du courage de ces Français "ordinaires ", c'est à dire de simples  citoyens imprégnés des valeurs patriotiques  et morales que leur avaient inculquées leurs parents et leurs instituteurs, ils considéraient qu'ils ne pouvaient pas faire un autre choix, tout en sachant parfaitement ce que ce choix allait entraîner pour une grande partie d'entr' eux.

          Se dérober ou fuir devant l'ennemi sans combattre était tout simplement inconcevable pour eux. Les Allemands, eux-mêmes rendront hommage à leur bravoure après la réddition sur ordre des survivants.
          Ce sacrifice librement consenti n'a pas été sans vain: ce n'était pas un combat d'arrière garde mais au contraire  d'avant garde. Ces hommes par leur état d'esprit et leurs actes, furent  en quelque sorte les premiers Résistants comme tous ceux qui donnèrent  leur vie en combattant  pour défendre leur pays en mai et juin 1940 et ensuite tout au long des 4 années de guerre.

          Ma ryse HUMBERT, Présidente du Comité de TOUL, a cité dans son discours les paroles que le Lieutenant Pierre ORDIONI adressait à ses hommes  le 22 juin  après la signature de l'armistice ;  "vous pouvez être fiers , vous vous êtes battus jusquà l'armistice; il ne vous reste plus qu'un devoir à accomplir: rendre nos armes inutilisables pour l'ennemi, il ne faut pas perdre confiance, la guerre n'est sans doute pas finie........."
La  cérémonie organisée devant la stèle érigée en mémoire des soldats du 227 è RI, morts au cours de ces combats, s'est  poursuivie par le dépôt d'une gerbe par Maryse HUMBERT et Lionel RIVET, Vice Président du Comité de TOUL et en présence du fils d'un soldat du 227 è RI  sur lequel figure la devise du Régiment "DUR COMME CEP", Monsieur LUMINET qui portait comme chaque année le drapeau du 227 ème RI.